Haut
15 jours sans réseau de Sophie Rigal-Goulard - L’Écume des Livres
fade
5862
post-template-default,single,single-post,postid-5862,single-format-standard,eltd-core-1.1.1,flow child-child-ver-1.0.0,flow-ver-1.3.6,,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1480,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-vertical,eltd-sticky-header-on-scroll-down-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive
L’Écume des Livres / Littérature jeunesse  / 15 jours sans réseau de Sophie Rigal-Goulard

15 jours sans réseau de Sophie Rigal-Goulard

15 jours sans réseau, Sophie Rigal-Goulard, Rageot, 11 janvier 2017

 

A partir de 11 ans

 

 

Présentation de l’éditeur :

Privés de réseau ! Pour Émilie, 12 ans, qui adore FB et Instagram, Ambroise, 15 ans, qui ne peut vivre sans être connecté à sa team, et leur petit frère Lucien, ces vacances de détox numérique à la campagne sont un cauchemar. Il faut cesser de tweeter, liker, poster, snaper, scorer… et laisser tous les appareils hors de portée. Vont-ils protester, tricher ou jouer le jeu ? Si Émilie accepte de relever ce défi, Ambroise le réfractaire ne tarde pas à craquer… Supporteront-ils de vivre 15 jours sans Wifi ? Et passer un été inattendu avec eux-mêmes, leur famille et des vacanciers, en réinventant leur quotidien ?

 

Mon avis :

Nos objets technologiques nous sont devenus si indispensables aujourd’hui qu’on est prêt à payer cher pour suivre des cures de détox numérique. Sophie Rigal-Goulard a sauté sur cette idée, un tantinet saugrenue, pour écrire ce roman savoureux. Dans 15 jours sans réseau, les parents d’Emilie ont la bonne idée d’emmener leurs enfants (bon, de les traîner presque de force) passer des vacances sans aucun réseau, dans une zone blanche de la Creuse. L’affaire est sérieuse : il s’agit de se couper de toute connexion pour que chacun s’isole moins dans sa bulle et passe du temps avec les autres, en bref retrouver une vie de famille normale. Pas de chance, Emilie vient tout juste de créer son compte Facebook pour rester connectée avec ses amis, particulièrement avec Sam qui lui plaît beaucoup. Lucien, son petit frère, moins connecté, ne mesure pas vraiment la portée de cet acte. Quant à son frère aîné, Ambroise, lycéen et « gamer » en permanence sur le web, c’est la catastrophe. Rien n’avait laissé imaginer une telle hérésie dans cette famille ordinaire où, comme chez tout le monde, chacun a l’œil vissé sur ses smartphones, ordinateurs, tablettes et autres consoles de jeu.

Si Emilie et Lucien se résignent, Ambroise refuse la situation de toutes ses forces. Il déploie toute son imagination pour débusquer la moindre parcelle de wifi, jusque au fin fond de la propriété. Emilie le suit, au cas où elle pourrait récupérer du réseau et retrouver ses amis. Quant au petit Lucien, la situation n’est pas pour lui déplaire, les jeux de sociétés et la nature font aussi bien l’affaire. La situation se corse pour Emilie et Ambroise quand arrive une autre famille, qui vient suivre la cure de détox numérique pour la deuxième année consécutive ; c’est dire si elle adhère au projet. Elise, leur fille, du même âge qu’Amboise, a même tout pour les exaspérer. Pas rebelle pour deux sous, elle adhère totalement au très riche programme de sevrage fait de sorties dans la nature, de jeux de société et autres soirée de discussion. Bien sûr, leur antagonisme va précipiter quelques péripéties savoureuses, mais déjà, par petites touches, on voit les réactions et les comportements de toute la famille changer. Ça se produit d’une manière très subtile au début, et puis ça devient peu à peu plus visible au fil des pages, pour que, finalement toute la famille se retrouve et recommence à communiquer.

De sa plume alerte, Sophie Rigal-Goulard nous entraîne dans un tourbillon de situations cocasses dès lors que la famille arrive sur son lieu de vacances. Tout est fait pour qu’on entre directement dans le livre et qu’on n’en décroche plus, avec ses chapitres courts en forme de journal intime, numérique d’abord puis sur un bon vieux cahier, son rythme effréné plein d’entrain et de dynamisme, et surtout son humour. 15 jours sans réseau sait mettre en perspective les paradoxes de notre société mais sans volonté moralisatrice. Loin de rejeter internet et tous les objets connectés, Sophie Rigal-Goulard nous invite à retrouver l’essentiel, c’est-à-dire la vie presque ordinaire au sein d’une famille.

 

Stephane Manfredo
Pas de commentaires

Laisser un commentaire