Haut
E.V.E. , de Carina Rozenfeld - L’Écume des Livres
fade
5847
post-template-default,single,single-post,postid-5847,single-format-standard,eltd-core-1.1.1,flow child-child-ver-1.0.0,flow-ver-1.3.6,,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1480,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-vertical,eltd-sticky-header-on-scroll-down-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive
L’Écume des Livres / Littérature jeunesse  / E.V.E. , de Carina Rozenfeld

E.V.E. , de Carina Rozenfeld

E.V.E., Carina Rozenfeld, Syros Jeunesse, 15 juin 2017

A partir de 13 ans

Présentation de l’éditeur :
Entité. Vigilance. Enquête.
Elle s’appelle EVE. Elle n’a aucune idée de son apparence. Elle ne ressent rien. Et pourtant le monde n’a pour elle aucun secret, parce qu’elle le perçoit à travers les yeux de millions d’êtres humains. 24h sur 24, elle assiste à leur quotidien. Son rôle ? Surveiller la population et signaler en temps réel les crimes et les délits. EVE est infaillible… jusqu’au jour où elle assiste à l’agression de la jeune Eva Lewis sans parvenir à identifier le coupable. Pour comprendre ce qui s’est passé, EVE investit à l’insu de tous le corps d’Eva. Et découvre le plaisir grisant de la vie réelle.

Mon avis :

E.V.E. est un roman surprenant et touchant. Carina Rozenfeld y mêle intrigue policière et romance sur fond de dystopie. A Citypolis, chaque habitant reçoit une puce électronique reliée à son cortex. Grâce à elle, des intelligences artificielles, les « E.V.E. » pour Entité Vigilance Enquête, observent ce que chacun voit par ses propres yeux. Leur rôle, éradiquer la criminalité en mettant fin aux erreurs judiciaires ; quant à la police, elle arrive désormais toujours à temps. Les crimes et délits ont pour ainsi dire disparu de la mégapole. Pourtant, dans cette utopie sécuritaire une jeune femme est retrouvée mourante : Eva Lewis a été victime d’une agression brutale et l’intelligence artificielle chargée de sa surveillance n’a, littéralement, rien vu. Même dans les vastes banques d’images enregistrées, l’E.V.E. ne trouve nulle trace de l’agression. C’est inédit, pour ne pas dire impossible. Le système ne serait donc pas infaillible ? Ou pire, aurait-on découvert comment lui échapper ? Pour faire au mieux ce pour quoi elle a été conçue, l’E.V.E. poursuit ses recherches inlassablement au côté de policiers qui, n’ayant plus mené d’enquêtes depuis des années, tâtonnent. Pour tenter de trouver d’ultimes images de son agression, elle retourne dans les yeux d’Eva Lewis en état de mort cérébrale… et accède subitement à son cerveau déserté de toute conscience. Ce qui tire aussitôt la jeune femme de son coma. Eva se réveille alors, « pilotée » par l’intellige artificielle qui l’habite.
Pure logique et raisonnements, c’est un bouleversement pour L’E.V.E. Fondue dans l’identité d’Eva, Eve découvre la vie dans toute sa complexité. Elle ressent les sensations et les perceptions, les émotions et les sentiments. Au fil de ses appropriations du corps d’Eva Lewis, maladroitement parfois, Eve devient humaine et se découvre un cœur. Le lecteur suit avec ravissement son éveil à la vie, le véritable sujet du roman de Carina Rozenfeld. Eve dépasse ses raisonnements de machine pour poser sur le monde un regard à la fois neuf et émouvant, mais sans aucune naïveté ; elle reste motivée par la résolution d’un meurtre. Si l’auteur pose d’importantes questions dans ce roman, les enjeux des nouvelles technologies et la tentation de développer une intelligence artificielle, la mise sous surveillance intégrale d’une société ultra sécuritaire et la question de la liberté, l’arrivée de l’humanité chez l’intelligence artificielle illumine tout le roman et repousse les questionnements dystopiques à l’arrière plan, pour mieux y répondre. Ne reste que cette nouvelle Eve qui s’éveille à la vie, à la beauté et à l’amour. Bien sûr, elle devra résoudre l’enquête, déjouer les pièges et les menaces qui la guettent, apprendre à être un véritable individu, mais ce qui compte, c’est qu’elle soit vivante. De sa belle écriture, Carina Rozenfeld nous offre ici un roman étonnant, plein de tendresse et de suspense, aux personnages attachants et aux nombreux rebondissements. On en vient pour une fois à regretter qu’il ne s’agisse que d’un « one shot » et qu’il n’y ait jamais de deuxième tome !

Stephane Manfredo
Pas de commentaires

Laisser un commentaire