Haut
Enael T-1 : L’Appât, Helen Falconer, traduction Marie Hermet,
fade
4289
post-template-default,single,single-post,postid-4289,single-format-standard,eltd-core-1.1.1,flow child-child-ver-1.0.0,flow-ver-1.3.6,,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1480,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-vertical,eltd-sticky-header-on-scroll-down-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive
L’Écume des Livres / Littérature jeunesse  / Enael T.1, l’Appât
Enael T-1

Enael T.1, l’Appât

Enael T-1 : L’Appât, Helen Falconer, traduction Marie Hermet, Flammarion jeunesse, 2 mars 2016.

A partir de 12 ans

Enael T-1

Présentation de l’éditeur :

Censurée !

Malheureusement, il arrive parfois que les résumés imprimés par les maisons d’édition en quatrième de couverture en disent trop sur les livres, et gâchent en partie la surprise, ce qui est le cas ici.

Donc, évitez de lire ce résumé quand vous aurez le livre entre les mains.

Mon avis :

Enael est le premier tome d’une série de fantasy pour les adolescents qui se démarque de la production actuelle. L’auteur ne met pas en place les personnages qui hantent les pages des romans du genre, mais revient aux sources des mythes et du folklore irlandais pour tisser son récit. Surgissent alors dans le monde moderne des figures du fonds légendaires celtique, connues (comme les « changelings », ces enfants que les fées substituent aux bébés humains), ou beaucoup moins connues (comme les « lenanshees », ces fées dont les humains tombent fous amoureux et que cet amour consume). Heureusement la tradition populaire permet aux hommes de se défendre contre le petit peuple. Ce retour aux sources des mythes et du folklore irlandais confère au texte une atmosphère où l’étrange entre à petites touches au fil des pages, où magie d’autrefois et paganisme se mêlent à l’imaginaire contemporain.

 

Au début du roman, encore ancré dans le monde réel, l’auteur s’attache à la construction de la personnalité à l’adolescence. L’héroïne, Enael, une adolescente ordinaire, vit de nos jours en Irlande avec sa famille et ses amis. Les rapports ne sont pas toujours simples entre jeunes, mais qu’importe, elle a une famille aimante, et puis Carla, son amie d’enfance avec qui elle partage tout ; elle rencontrera aussi Shay, un garçon solitaire et silencieux. Chacun cherche à s’affirmer dans le groupe, chacun y cherche sa place, et dans le même temps on vit les premières amours. Sauf que, le monde autour d’Enael se détraque presque imperceptiblement. Des détails qui ne vont pas s’accumulent, une insaisissable fillette qui l’entraîne sur une colline, des trajets à vélo effectuée dix fois plus vite qu’à l’habitude, un pendentif de son enfance qui semble contrarier ses parents, etc. Mais ce n’est pas tout, son père et sa mère se murent dans les non-dits dès qu’elle parle des premières années de sa vie, quant aux photos de cette époque, elles ont disparu dans un déménagement. On sent venir un lourd secret de famille… jusqu’à ce qu’Enael manifeste des pouvoirs. Alors le texte s’emballe. De la construction de sa personnalité, le livre bascule dans la quête de l’identité. Tombée dans un trou avec Shay (clin d’œil à Lewis Carroll), ils passent de l’autre côté du miroir et entrent dans le monde des fées. Commence alors un voyage plein de dangers et d’aventures sur la Terre de la Jeunesse Eternelle jusqu’à la cour des fées, où elle trouvera des réponses à tous les mystères

 

Ce premier volume est un beau texte, qui fait la part belle à l’atmosphère. Les personnages sont attachants, l’auteur met l’accent sur leur psychologie et leurs sentiments. Heureusement, le T.2 sort bientôt.

Stephane Manfredo
Pas de commentaires

Laisser un commentaire