Haut
Fais-le pour maman, François-Xavier Dillard, Fleuve Noir
fade
4247
post-template-default,single,single-post,postid-4247,single-format-standard,eltd-core-1.1.1,flow child-child-ver-1.0.0,flow-ver-1.3.6,,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1480,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-vertical,eltd-sticky-header-on-scroll-down-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive
L’Écume des Livres / Thrillers  / Fais-le pour maman
fais-le-pour-maman

Fais-le pour maman

Fais-le pour maman, François-Xavier Dillard, Fleuve Noir, 13 mars 2014.

Réédition en poche, Pocket, 13 juillet 2016.

Fais-le pour maman

Présentation de l’éditeur :

Au début des années 70, Sébastien, 7 ans, vit seul avec sa mère et sa sœur adolescente, Valérie. Leur mère arrive tant bien que mal à joindre les deux bouts, malgré ses deux emplois qui lui prennent tout son temps et toute son énergie. Une dispute de trop avec sa fille qui dégénère, et c’est le drame familial. Valérie survivra à ses blessures mais la police ne croit pas à la version de la mère accusant son petit garçon d’avoir blessé sa sœur. La mère prendra 5 ans de prison. Des années plus tard, et grâce à ses parents adoptifs, Sébastien mène une vie « normale », alors que sa sœur vit dans un institut spécialisé et que sa mère n’est jamais reparue après sa sortie de prison. Sébastien est devenu un père et un médecin exemplaires. Jusqu’à de mystérieux décès d’enfants parmi ses patients et avec eux, le retour funeste des voix du passé…

Mon avis :

Je ne connaissais pas François-Xavier Dillard. Je l’ai écouté au salon du livre du Var, invité du club Polar de Karine Giebel et je n’ai pas résisté à l’envie de découvrir Fais-le pour maman. L’histoire, inspirée d’un fait divers réel, démarre par une tragédie familiale, dans une famille monoparentale. Valérie a 13 ans, son jeune frère 7 ans, quant là leur mère, serveuse de nuit, elle est complètement dépassée, leur vie n’est que tensions et brouilles. Et puis survient le drame. Le ton monte entre Valérie et sa mère, une énième dispute. Des cris, des hurlements, un mauvais geste… Valérie est grièvement blessée à l’arme blanche, tragédie de la pire espèce, violente, qui laissera des traces indélébiles.

 

Construit entre retours en arrière et l’époque actuelle, le livre s’ouvre sans lien apparent avec ce terrible prologue. Les chapitres alternent entre deux personnages cabossés, Sébastien Venetti, médecin veuf qui vit avec ses deux filles, et Claire, commissaire de police fraichement débarquée dans la même petite ville de province après avoir tué un mari qui la battait. Leur point commun, c’est leur passé et la tristesse qui émane d’eux. Comme Claire souffre de migraine, elle rencontre Sébastien en consultation. Dévoué corps et âmes à ses patients, il anime également des groupes de parole de soutien aux femmes battues. Très vite, on se sent oppressé par le récit. L’histoire se développe par le biais d’une introspection. La psychologie des personnages est complexe, fouillée, dense et l’intrigue pleine de rebondissements. Chapitres courts, flashbacks, narration à la première personne puis à la troisième, on passe d’un esprit à l’autre, d’un point de vue à un autre sans reprendre son souffle. Roman noir, aux allers-retours dans le passé, ce thriller psychologique nous emmène à toucher du doigt la folie. Les destins s’y entremêlent, s’y entrechoquent et laissent des plaies béantes. François-Xavier Dillard tient le lecteur en haleine. Fais-le pour maman se dévore et ne nous laisse pas sans questionnement. Comment se remettre de l’innommable ? Comment survivre et devenir résilient ? Sur le fil de la vie peut-on, face à un drame épouvantable, basculer un jour de l’autre côté ?

 

Stephane Manfredo
Pas de commentaires

Laisser un commentaire