Haut
La Fille du train, Paula Hawkins, traduction Corinne Daniellot
fade
4251
post-template-default,single,single-post,postid-4251,single-format-standard,eltd-core-1.1.1,flow child-child-ver-1.0.0,flow-ver-1.3.6,,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1480,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-vertical,eltd-sticky-header-on-scroll-down-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive
L’Écume des Livres / Thrillers  / La Fille du train
La Fille du train

La Fille du train

La Fille du train, Paula Hawkins, traduction Corinne Daniellot, Sonatine, 7 mai 2015.

Réédition en poche, Pocket, 8 septembre 2016.

Prix Cognac du Polar International 2015

La Fille du train

Présentation de l’éditeur :

Depuis la banlieue où elle habite, Rachel prend le train deux fois par jour pour aller et revenir de Londres. Chaque jour elle est assise à la même place et chaque jour elle observe une jolie maison. Cette maison, elle la connaît par cœur, elle a même donné un nom à ses occupants qu’elle aperçoit derrière la vitre : Jason et Jess. Un couple qu’elle imagine parfait, heureux, comme Rachel a pu l’être par le passé avec son mari, avant qu’il ne la trompe, avant qu’il ne la quitte.

Mais un matin, elle découvre un autre homme que Jason à la fenêtre. Que se passe-t-il ? Jess tromperait-elle son mari ? Quelques jours plus tard, c’est avec stupeur qu’elle découvre la photo de Jess à la une des journaux. La jeune femme, de son vrai nom Megan Hipwell, a mystérieusement disparu…

Mon avis :

Ne vous est-il jamais arrivé en prenant le train d’imaginer la vie des gens autour de vous ? Tous les jours, à 8h04 et à 17h56, Rachel fait le trajet de sa banlieue à Londres et inversement. Dans le train, certains tapotent sur leur ordinateur ou leur portable, d’autres dorment. Rachel, dépressive et alcoolique, est hantée par les souvenirs de sa vie avec Tom. Anéantie par la trahison de son ex-mari, aigrie, elle a perdu son emploi depuis des mois mais, n’osant le dire à personne, elle continue à prendre le train et fait semblant d’aller travailler. A chaque voyage, lors d’un arrêt, elle observe une maison en contrebas de la voie ferrée située non loin de celle où elle vivait avec Tom. Alors elle imagine une vie idéale à ses occupants, elle leur invente des noms, un métier. « Jason et Jess », ce couple qu’elle imagine heureux, tout comme elle auparavant avec son mari, avant qu’il ne la quitte. En pleine descente aux enfers, ayant tout perdu, elle vit leur histoire par procuration. Sauf qu’un jour, elle voit un autre homme chez eux ; « Jess » tromperait-elle son mari ? Elle le vit très mal. Quand le lendemain, la presse évoque la disparition de la jeune femme, la vie de Rachel bascule. Touchée par cette histoire, elle veut faire la lumière sur cet étrange événement. Témoin peu fiable étant donné son éthylisme, elle a même été vue près de la maison de la jeune femme au moment de sa disparition. Que faisait Rachel là-bas ? Elle était trop ivre pour s’en souvenir. Comment découvrir la vérité avec des trous de mémoire ? Et quelle est la part de la réalité dans ses souvenirs enfouis ?

 

La Fille du train est un thriller psychologique, qui dévoile peu à peu le destin entrecroisé de trois femmes, trois narratrices qui se succèdent, chapitre après chapitre. Megan, celle qui a disparu, Anna, la nouvelle compagne de Tom, l’ex-mari de Rachel, et bien sûr Rachel. On découvre leur côté obscur, on partage leurs démons ; la psychologie des personnages est fouillée. Ce trio de voix nous fait douter au fil des pages de la bonne foi de chacun. Ecrit à la manière d’un journal intime, qui dit la vérité ? Qui ment ? Le final peut paraître surprenant pour qui n’est pas habitué à lire du thriller. La force de ce roman réside dans le personnage de Rachel, constamment au bord de la rupture. Et si parfois on a envie de la secouer, elle est aussi attachante. Tout le monde n’a-t-il pas quelque chose à cacher ? Connait-on vraiment ceux qui nous entourent ? Paula Hawkins entraîne son lecteur dans des rebondissements, des fausses pistes, des faux semblants, de l’amnésie, des mensonges. Piège paranoïaque, ce livre est un véritable « page turner », dans la même veine que Les Apparences de Gillian Flynn ou Avant d’aller dormir de SJ Watson, chez le même éditeur (à découvrir pour ceux qui ne les ont pas encore lus).

 

Cerise sur le gâteau, une adaptation cinématographique sortira en France le 26 Octobre 2016, avec Emily Blunt, Haley Bennett, Justin Théroux, Luke Ewans, Rebecca Fergusson etc. Elle est réalisée par Tate Taylor, le scénariste et réalisateur de La Couleur des sentiments, ça promet !

Stephane Manfredo
Pas de commentaires

Laisser un commentaire