Haut
Le Jamais-content de Vassilissa et Peggy Nille - L’Écume des Livres
fade
3019
post-template-default,single,single-post,postid-3019,single-format-standard,eltd-core-1.1.1,flow child-child-ver-1.0.0,flow-ver-1.3.6,,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1480,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-vertical,eltd-sticky-header-on-scroll-down-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive
L’Écume des Livres / Albums et petite enfance  / Le Jamais content de Vassilissa et Peggy Nille
peggy-nille

Le Jamais content de Vassilissa et Peggy Nille

Le Jamais-content, Vassilissa (texte) et Peggy Nille (illustrations), Flammarion jeunesse,22 mars 2017

A partir de 3 ans

Le jamais-content

Présentation de l’éditeur :

Un petit poussin râleur n’est jamais content. Il envie tout le monde et veut ressembler à chaque animal qu’il rencontre. Il finit par se transformer en ornithorynque et se retrouve seul. Néanmoins la nature est bienveillante et lui offre une compagne.

Mon avis :

Comment son nés les ornithorynques ? Lorsque le petit poussin jaune sort de sa coquille, il commence déjà à se plaindre. Pour sa maman, son prénom est tout trouvé : il s’appellera Jamais–content. Le poussin voudrait avoir le jabot rouge du rouge-gorge et le bec jaune du merle. Il grandit et devient un magnifique poulet roux. Mais… Il n’aime pas sa couleur, envie la pintade, le pigeon, le dindon et le geai parce qu’ils sont parés de plusieurs couleurs. En croisant les cygnes, il est furieux car lui aussi voudrait des pattes palmées pour nager sur l’eau. Ce sont eux qui lui indiquent le chemin pour rencontrer Dame-Nature. Elle pourra peut-être faire quelque chose pour lui… et enfin le rendre heureux. Pour la réédition de ce conte de Vassilissa paru en 1978, le Père Castor a fait appel à la talentueuse Peggy Nille. De sa palette poétique, elle a illustré cet album tout en poésie et en rondeurs, lui donnant un petit coup de jeune ; les beaux contes sont intemporels. Cette histoire subtile parle de la différence, de la quête du bonheur et de l’acceptation de soi. On la lit et la relit sans s’en lasser.

 

 

 

Stephane Manfredo
Pas de commentaires

Laisser un commentaire