Haut
La légende des quatre, T.1 : Le clan des loups, Cassandra O'Donnell - L’Écume des Livres
fade
5898
post-template-default,single,single-post,postid-5898,single-format-standard,eltd-core-1.1.1,flow child-child-ver-1.0.0,flow-ver-1.3.6,,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1480,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-vertical,eltd-sticky-header-on-scroll-down-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive
L’Écume des Livres / Littérature jeunesse  / La légende des quatre, T.1 : Le clan des loups, Cassandra O’Donnell

La légende des quatre, T.1 : Le clan des loups, Cassandra O’Donnell

La légende des quatre, T.1 : Le clan des loups, Cassandra O’Donnell, Flammarion Jeunesse, 14 mars 2018

A partir de 12 ans

Présentation de l’éditeur :
Ils sont quatre, héritiers de leurs clans… Ils doivent s’unir pour survivre.
Loup, tigre, serpent, aigle : quatre clans ennemis. Les Yokaïs, créatures tantôt humaines, tantôt animales, vivent dans une harmonie fragile. Maya, l’héritière du clan des loups, et Bregan, du clan des tigres, sont les garants de la paix. Mais pourront-ils résister à leurs instincts profonds pour sauver leurs tribus ?

Mon avis :
Quatre clans que tout oppose. Les Taïgans, les Lupaïs, les Rapaïs et les Serpaïs (tigres, loups, rapaces, serpents).
Quatre clans que tout sépare : surtout ne jamais franchir un territoire ennemi, ne pas se parler, ne pas se retrouver seul avec le membre d’un autre clan. Ne pas désobéir aux lois.
Quatre clans qui s’observent, s’étudient, se scrutent, se défient.
Quatre clans dont les prétendants aux trônes ont des caractères hauts en couleurs, déterminés et entêtés.
Quatre jeunes qui vont devoir mettre de côté leurs ressentiments et leurs rancœurs, qui vont devoir désobéir aux lois pour faire triompher la vérité et éviter une nouvelle guerre.
La plume acérée et fluide de Cassandra O’Donnel nous plonge d’emblée dans un monde métamorphique. Il y a plusieurs milliers d’années les hommes ont détruits toutes leurs ressources. C’est ce que lisent dans les livres d’histoire les enfants scolarisés à Tedeshah ; ne restent que des vestiges des temps anciens qui parsèment le territoire, la technologie a disparu. Leur école se situe en terre neutre où humains et Yokaïs se côtoient selon des règles strictes ; il est interdit de s’adresser la parole entre tribus. Les humains vivent dans des cabanes en bois, ils sont redevenus des agriculteurs et des éleveurs. Les Yokaïs, quant à eux, regroupent différentes espèces qui ont la faculté de se transformer, soit en humains, soit en loup, en tigre, en aigle ou en serpent. Tout comme dans le folklore japonais, ils peuvent être ensorcelants, attirants, mystérieux ou encore méfiants, espiègles et malveillants. Au terme d’une guerre sanglante au cours de laquelle beaucoup de leurs familles ont été décimées, les lois strictes qui régissent leurs espèces ont été établies : ne pas se fréquenter, ne pas se parler et surtout, ne pas se rendre sur les terres des autres.
Maya, l’héritière des Lupaïs, Bregan, l’héritier des Taïgans, Wan celui des Serpaï et Nel, l’héritière des aigles, vont tous à l’école. Mais un jour, Mika, un jeune tigre qui s’entraîne à chasser, pour rentrer absolument chez lui avec une proie échappe à l’œil attentif de son grand frère Bregan. Il s’aventure sur la terre d’un de leurs ennemis, les Lupaïs. Maya, la louve héritière, épargne sa vie, ce qui ne laisse pas indifférent Bregan, qui l’observe depuis des années. Mais lorsqu’un loup est retrouvé mort, l’équilibre précaire de la paix pourrait bien basculer, entraînant tous les clans dans une nouvelle guerre sans merci.
Ecrit pour des enfants à partir de 12 ans, Le Clan des Loups est le premier opus de La Légende des Quatre, la nouvelle série de Cassandra O’Donnel. Rythmé et soutenu, il ravira les lecteurs avec son intrigue, parfaitement bien ficelée comme toujours chez l’auteur. On y retrouve son humour parfois caustique, et ses personnages tous plus attachants les uns que les autres, même Wan qui est plutôt « attachiant » ! Au-delà de l’histoire, ce récit amène le lecteur à réfléchir sur la nécessité de préserver notre planète et d’en prendre soin. Il véhicule des valeurs comme la tolérance, l’esprit d’équipe, la nécessité de faire des choix et le libre arbitre.  Une dernière chose, la couverture de Xavier Collette est superbe, comme toutes celles qu’il fait !
Inutile de dire qu’on attend déjà la suite avec impatience !

Stephane Manfredo
Pas de commentaires

Laisser un commentaire