Haut
Terre-Dragon T.1 : Le Souffle des pierres - L’Écume des Livres
fade
3864
post-template-default,single,single-post,postid-3864,single-format-standard,eltd-core-1.1.1,flow child-child-ver-1.0.0,flow-ver-1.3.6,,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1480,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-vertical,eltd-sticky-header-on-scroll-down-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive
L’Écume des Livres / Littérature jeunesse  / Terre-Dragon T.1 : Le Souffle des pierres
Terre dragon le souffle des pierres

Terre-Dragon T.1 : Le Souffle des pierres

Terre-Dragon T.1 : Le Souffle des pierres

Erik L’Homme, Gallimard jeunesse, 28 août 2014

A partir de 10 ans

Terre-DragonPrésentation de l’éditeur :

Sur un territoire déchiré par les vents vivent d’étranges tribus soumises au règne d’un invisible roi-dragon. Le jour où Ægir, l’enfant à la peau d’ours, échappe aux guerriers qui le gardent en cage, le destin du royaume bascule. Traqué sans relâche, Ægir croise la route de Sheylis, une apprentie sorcière chassée de son village. Un sortilège puissant va bientôt unir les deux adolescents contre leur volonté…

Mon avis :

Terre-Dragon, la nouvelle trilogie d’Erik L’Homme, est encore une incontestable réussite. Tous les ingrédients sont réunis pour faire passer au lecteur le meilleur des moments, aventure, mystère, amitié, frisson, on en ressort des rêves plein la tête. Dans Le Souffle des pierres, on découvre le royaume de Terre-Dragon, organisé autour du Fleuve métallique que seuls des bateaux de pierre peuvent descendre. Le retour vers l’amont étant impossible sur le fleuve, il s’effectue en chariot sur ses berges. La société y est organisée en trois clans et trois tribus, autour des figures des trois divinités du royaume, Le Chevaucheur de Vent, Le Maître de la Foudre et La Reine des Montagnes, garants de la stabilité du royaume avec le Roi-Dragon, son souverain omnipotent. C’est dans cet univers original, plus proche du conte que de la fantasy actuelle, que quatre personnages que tout sépare vont se rencontrer, se croiser, être séparés, se retrouver, et cheminer ensemble. C’est d’abord Sheylis, la jeune apprentie initiée à la magie des thun-lawz par sa grand-mère sorcière, qui s’enfuit quand les villageois viennent pour les tuer. C’est ensuite Ægir, le jeune garçon vêtu de sa seule Peau d’Ours, qui s’échappe de la cage où les Naatfarirs, des guerriers barbares, le retiennent depuis des années. Réunis par le désespoir commun des fugitifs, Sheylis et Ægir se rencontrent dans la montagne. Ils essaient de la franchir ensemble avant d’être séparés. De cette improbable coïncidence, naît le récit qui va baigner dès lors dans le merveilleux. Car Ægir rencontre Doom, un scalde débutant (un ménestrel errant), désireux d’écrire sa grande épopée tout en vivant au rythme du texte fondateur de leur société, Le Chant du fleuve, qui rythme tout le roman et lui donne la dimension d’un mythe. Bien décidé à écrire l’histoire d’ Ægir Peau d’Ours, Doom l’accompagne dans la ville d’Ayhun, à la recherche de Sheylis. C’est là qu’ils rencontrent Gaan, un sorcier aveugle avec qui ils se lient d’amitié, et qui les accompagne sur les traces de Sheylis. S’enchaîne alors un grand récit d’aventures, rythmé, plein de surprise, de magie, de rebondissements et d’humour, comme sait si bien les faire l’auteur. Car Ægir est toujours traqué par les Naatfarirs, Sheylis a été kidnappé par des prêtres du Crâne, une nouvelle religion qui cherche à renverser le culte des trois dieux, quant à Ægir, il découvre qu’il n’est pas un enfant comme les autres, mais un Dakan, une sorte d’ours-garou à la force herculéenne et pratiquement invincible. Pas facile à digérer… Commence alors un chassé croisé autour du fleuve entre poursuivants et poursuivis, où la magie a son mot à dire. Erik L’homme a ceci de rare que dès qu’il s’empare d’un genre littéraire, il le transforme, le réinvente, le réinvestit. C’est pourquoi ses histoires sont aussi personnelles et attachantes. Terre-Dragon n’y déroge pas, il y croise la fantasy avec le conte, les mythes et les légendes, sans oublier un merveilleux comme on n’en voit que très rarement, avec la magie des thun-lawz. De sa plume précise au style épuré, il nous fait découvrir un univers original, poétique et attachant. Tout tombe juste, tout y est beau et subtil ; l’aventure n’est pas le seul enjeu du ce très beau récit d’initiation, on sent que les personnages sont en réalité en quête d’eux-mêmes et d’un destin qui ne manquera pas d’étonner. Alors, on s’embarque dans la lecture du deuxième tome dès le premier refermé, déchiré entre l’envie de le lire très lentement pour le faire durer et le besoin impérieux de le dévorer d’un seul coup…

 

Eric L’Homme Masterclass

Stephane Manfredo
Pas de commentaires

Laisser un commentaire