Haut
Terre-Dragon T.3 : Les Sortilèges du vent, Erik L’Homme
fade
2977
post-template-default,single,single-post,postid-2977,single-format-standard,eltd-core-1.1.1,flow child-child-ver-1.0.0,flow-ver-1.3.6,,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1480,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-vertical,eltd-sticky-header-on-scroll-down-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive
L’Écume des Livres / Littérature jeunesse  / Terre-Dragon T.3 : Les sortilèges du vent de Erik L’Homme
Terre-Dragon

Terre-Dragon T.3 : Les sortilèges du vent de Erik L’Homme

Terre-Dragon T.3 : Les Sortilèges du vent, Erik L’Homme, Gallimard jeunesse, 05 novembre 2015

A partir de 10 ans

Terre-Dragon
Présentation de l’éditeur :

Pour Ægir-Peau-d’Ours et Sheylis, l’apprentie sorcière, le chemin vers la liberté est encore long. Pourchassés avec leurs compagnons, ils doivent traverser les terrifiants marais qui les séparent de Kesh-la-Grande. Les pouvoirs de Gaan le sorcier leur permettront-ils d’échapper à ce piège mortel ?

Mon avis :

Cette fois, c’est la guerre. Avec Les Sortilèges du vent, Erik L’Homme clôture magistralement Terre-Dragon. Le voyage s’achève pour Ægir et ses compagnons, et le récit avec lui. Car Kesh-la-Grande, la capitale, est attaquée par les prêtres du Crâne, certains que le Roi-Dragon et les dieux du royaume, le Chevaucheur de Vent, le Maître de la Foudre et la Reine des Montagnes, ont disparu. Il ne leur reste plus qu’à prendre le pays en main avec leurs alliés Kaafris. Alors l’histoire repart de plus belle, les armées déferlent le long du Fleuve métallique. Tous les éléments qu’a patiemment assemblés l’auteur depuis les premières pages de la série trouvent enfin leur place dans ce vaste puzzle qui nous tient en haleine depuis si longtemps. Le récit devient trépidant, le suspens étouffant, les révélations et les rebondissements s’enchaînent sans laisser le lecteur reprendre son souffle. De nouveau séparés, les personnages rencontrent leurs destins, tous plus surprenants les uns que les autres. Et l’on se prend à admirer la virtuosité de l’auteur qui avait bien sûr tout prévu depuis le début, jusqu’à sa mythologie qui scande l’ensemble de la série et prend enfin tout son sens. Désormais, chacun joue son rôle à la perfection. C’est d’abord Gaan le sorcier gris, à qui décidément rien n’échappe, qui tire les ficelles pour aider ses protégés, épaulé par Sheylis et sa magie ; c’est aussi Chakor le sorcier noir, Sahr’sâ le prêtre rouge et même Naabin, la jeune fille kidnappée dans le T.1 avec Sheylis, qui s’affrontent pour Kesh-la-grande ; c’est enfin Ægir et Ishkar le Naatfarir qui atteignent le bout de leur voyage, c’est-à-dire la source du Fleuve métallique et de ses mystères ; quant à Doom, en bon scalde, s’il reste en retrait, c’est parce que l’histoire a besoin de lui. Au fil des pages, l’auteur dévoile enfin, pour notre plus grand plaisir, tous les secrets de cet univers si attachants aux accents d’un conte, pour finir pour nous offrir une histoire en boucle, où la fin renvoie au début et le début à la fin, comme dans les anciens mythes. C’est tout simplement une des grandes réussites de la fantasy actuelle. Chapeau, Erik !

 

Voir le Tome 1

Voir le Tome 2

 

 

Stephane Manfredo
Pas de commentaires

Laisser un commentaire