Haut
Zalim, Carina Rozenfeld, Editions Scrineo - L'Ecume des Livres
fade
4323
post-template-default,single,single-post,postid-4323,single-format-gallery,eltd-core-1.1.1,flow child-child-ver-1.0.0,flow-ver-1.3.6,,eltd-smooth-page-transitions,ajax,eltd-grid-1480,eltd-blog-installed,page-template-blog-standard,eltd-header-vertical,eltd-sticky-header-on-scroll-down-up,eltd-default-mobile-header,eltd-sticky-up-mobile-header,eltd-dropdown-default,wpb-js-composer js-comp-ver-5.1.1,vc_responsive

Zalim

Zalim, Carina Rozenfeld, Editions Scrineo, 3 octobre 2016.

A partir de 13 ans

zalim

Présentation de l’éditeur :

Il vit dans l’éther du monde des esprits. Il y dort, en attendant l’appel. Parfois, on le réveille. Appelé pour protéger le royaume, il possède la puissance et la souplesse de la panthère, la vitesse du guépard, la vue de l’aigle, les défenses de l’éléphant, a la charge du rhinocéros, la force du scarabée, le feu et les ailes du dernier dragon. De l’homme, il a hérité l’intelligence et la cruauté. Quand on l’invoque, il vient. Pour agir, il doit investir un corps humain. De génération en génération, il trouve un hôte pour vivre. Il est dans mon sang, dans mon âme. Il dort en moi. Mais je ne le savais pas. Je – ne – le – savais – pas. Jusqu’au jour où j’ai appris que j’étais lui, que j’étais ZALIM…

Mon avis :

Le premier tome du nouveau diptyque de fantasy de Carina Rozenfeld nous emmène au cœur d’un pays imaginaire qui ressemble à la Norvège, avec ses Fjords et son océan. D’une plume fluide et agréable, elle nous invite dans un univers médiéval où un ancestral conflit oppose deux royaumes, Arensdaal et Rakeshin, en guerre depuis des siècles sans que personne ne sache plus vraiment pourquoi. Les personnages, charismatiques, évoluent au fil des pages. Si le roi Yalmar règne en Arensdaal, sa désinvolture, son arrogance et sa suffisance font de lui un roi dépassé par les événements. Il ne trouve même plus grâce aux yeux de ses deux filles, Elyana, la future reine, et Kaia sa sœur adoptive. C’est le premier ministre Ederinn Maley, dévoué corps et âme au royaume, qui gère l’armée. Mais pour la première fois, les troupes de Rakeshin gagnent du terrain et savourent déjà les prémices de la victoire, alors qu’Arendsdaal avait jusqu’alors remporté toutes les guerres. Grâce à un secret bien gardé.

 

Alors Ederinn Maley, supplie le roi Yalmar d’utiliser leur arme secrète : invoquer le démon qui vit dans l’éther. Grâce à lui, ils gagneront la guerre, mais le prix à payer en sera terrible. Car son appétit féroce et sa soif de vengeance le rendent incontrôlable ; il frappe sans distinction d’appartenance à un royaume. En outre, le monstre ne peut vivre que dans un corps humain qu’il choisit et dont il prend possession, sans même que son hôte ne s’en rende compte. Il l’affaiblit petit à petit en le vidant de toute substance. La seule façon de l’éliminer est de le renvoyer dans l’éther en tuant celui qu’il possède. Une fois le démon libéré, Carina Rozenfeld se garde bien de nous dire quel hôte il a choisi, faisant monter le suspens. Car le fastueux bal de l’équinoxe de printemps est organisé à Limsdal, la capitale d’Arendsdaal, et nul ne sait qui seront ses prochaines victimes ni quand il frappera. Tous espèrent qu’il épargnera les habitants du royaume d’Arendsdaal. Alors Ederinn renforce la sécurité, affecte Jad, un soldat aguerri, à la surveillance d’Agda, la fiancée du roi Yalmar, et des deux princesses Elyana et Kaia… Et le lecteur qui se ronge les sangs, cherche fébrilement en qui s’est incarné le monstre, et si le royaume court un grand danger. Dans ce roman écrit à la troisième personne, l’auteur joue au chat et à la souris avec le lecteur, le sème et l’envoie dans des impasses. Elle le fait voyager d’un royaume à l’autre, d’un personnage à un autre. Une pincée de steampunk, un peu de magie, de la fantasy dans un monde fantastique, et Carina Rozenfeld enchante le lecteur. Ce tome 1 de Zalim est très réussi, le plus dur, c’est qu’il faut maintenant attendre la suite.

 

Voir aussi Draconia de Carina Rozenfeld

Stephane Manfredo
Pas de commentaires

Laisser un commentaire